Error. Page cannot be displayed. Please contact your service provider for more details. (25)

Your browser (Internet Explorer 7 or lower) is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this and other websites. Learn how to update your browser.

X

Goltzius

Un film de Peter Greenaway
N° RPCA 130 618
Langue de tournage:  Anglais
Format :  35mm – Couleur – Dolby
Synopsis
Au cours de l’hiver 1590, Hendrick Goltzius, imprimeur et graveur flamand, sollicite le Margrave d’Alsace, à Colmar, pour qu’il accepte de financer la fabrication d’une presse typographique destinée à imprimer des ouvrages illustrés. Il souhaiterait que les deux premiers livres imprimés par la nouvelle presse soient dédicacés au Margrave et à sa cour, l’un étant une version illustrée de l’Ancien Testament illustrée par six contes érotiques et l’autre étant une version illustrée des Métamorphosesd’Ovide représentant les infidélités de Jupiter. Pour achever de convaincre le Margrave, Goltzius et ses imprimeurs lui proposent de monter une adaptation théâtrale des contes érotiques au profit de sa cour. Réputé pour son ouverture d’esprit, en matière de culture et de religion, le Margrave, homme érudit et passionné par les livres et les nouvelles techniques d’impression, est tenté par la proposition. Lui-même  propriétaire d’une immense bibliothèque, il s’engage, devant témoins, à financer le projet de Goltzius s’il est émoustillé par le spectacle. Goltzius et ses imprimeurs, ainsi que leurs épouses et maîtresses, regroupés au sein de la Confrérie du Pélican, s’exécutent. Le premier spectacle évoque la Genèse, retraçant la création d’Adam et Eve par Dieu, la tentation du Diable et l’épisode où Eve convainc Adam de croquer la pomme. La pièce a lieu devant quelques membres choisis de la famille du Margrave et de sa cour, et les représentants des principales communautés religieuses – un prêtre catholique, un pasteur calviniste et un rabbin. La représentation est intelligemment ponctuée d’effets spectaculaires : on aperçoit Dieu et ses anges, le Diable dans l’Arbre de la Connaissance, les splendeurs du jardin d’Eden et la séquence finale où Adam et Eve sont chassés du jardin sous une tempête de neige qui résonne à travers le palais. Si le public est à la fois surpris, stupéfait et réjoui par la crudité et la féerie du spectacle, les religieux sont choqués et s’engagent dans un débat houleux sur l’opportunité de représenter Dieu. Le Margrave est amusé, et émoustillé par la comédienne Susannah, qui campe Eve, et qui, de son côté, y voit l’occasion de devenir la maîtresse du Margrave et de se retirer ainsi de la scène. Le deuxième spectacle de Goltzius raconte l’histoire de Lot et ses filles. La Confrérie du Pélican décide de monter la pièce dans la salle des chaudières du palais pour simuler l’incendie de Sodome et Gomorrhe et va jusqu’à représenter la transformation de l’épouse de Lot en statue de sel. La crudité de la pièce choque la cour et les religieux qui accusent Goltzius de blasphème et ordonnent l’arrestation de Boethius, dramaturge de la Confrérie : ce dernier défend très habilement le bien-fondé de la pièce, en s’appuyant sur ses idées anabaptistes, voire franchement athées. Entre-temps, le Margrave s’est épris de la comédienne Adela, interprète de la seconde fille de Lot et maîtresse de Boethius, ce qui ne fait qu’accroître la jalousie de Susannah. Le troisième spectacle de Goltzius est l’histoire de David et Bethsabée. En fustigeant l’hypocrisie de l’Ancien Testament, Boethius provoque la cour et les ecclésiastiques : voulant à tout prix coucher avec l’épouse de Boethius, il réussit à se débarrasser de son rival en cautionnant son arrestation pour hérésie. Troublés, mais résolus à poursuivre leur entreprise, les hommes de la Confrérie du Pélican parviennent à convaincre Boethius de rédiger le quatrième spectacle depuis sa cellule : ils interprètent ainsi l’histoire de la femme de Potiphar, tirée de l’Ancien Testament, dans laquelle la redoutable épouse d’un dignitaire égyptien séduit Joseph, pourtant peu sensible à son charme. En confiant le rôle de Joseph au frère cadet du Margrave, Goltzius a manigancé un stratagème pour faire chanter ce dernier : il compte ainsi obtenir la libération de Boethius en humiliant le Margrave qui assiste au piteux spectacle de son frère sur scène. La cinquième pièce de Goltzius est l’histoire de la séduction de Samson par Dalila, également tirée de l’Ancien Testament. Le rabbin au physique imposant se laisse convaincre de jouer Samson, notamment parce qu’il est ravi de donner la réplique à la comédienne qui a campé l’épouse de Potiphar et qui lui plaît. A la fin de cet épisode biblique, Dalila émascule Samson : du coup, le rabbin accepte de se faire raser tous les poils de son corps. Aussi bouleversé que furieux, celui-ci se venge en allant raconter au Margrave que le pasteur calviniste a séduit son frère cadet. Pour parodier l’histoire de Samson et Dalila, il détruit rageusement le chapiteau de la Confrérie du Pélican. Afin d’obtenir la libération de Boethius, sa maîtresse accepte d’interpréter la sensuelle Salomé dans le récit de la Mort de Saint Jean-Baptiste, tiré du Nouveau Testament : le Margrave pourra jouer Hérode si Boethius incarne Saint Jean-Baptiste. Au cours de la représentation, la maîtresse de Boethius affiche publiquement son mépris pour le Margrave et fait l’amour avec Boethius sur scène. Dans un accès de rage et de jalousie, le Margrave, fidèle au récit biblique, ordonne la décapitation de Saint Jean-Baptiste. Mais il ne s’agit pas de mise en scène et Boethius est réellement décapité. C’est la consternation. Le Margrave est vilipendé et le prêtre catholique rachète la Confrérie du Pélican en acceptant de financer la fabrication de la presse : Goltzius et ses hommes sont rapidement chassés de Colmar sous une tempête de neige. Sur la route qui les mène en Italie, la maîtresse de Boethius sort d’un sac la tête sanguinolente de Boethius qu’elle a dérobée et qu’elle se met à embrasser et à caresser avec fougue. Leur calèche s’engouffre dans un tunnel sombre à travers les Alpes : Goltzius emmène les hommes de sa Confrérie en Italie…
Rôles principaux
GOLTZIUS – Remsey Nasr, ADAELA – Kate Moran, THE MARGRAVE – F.Murray Abraham, BOETHUIS – Giulio Berruti, SUSANNAH – Anne Louise Hassing, EBOLA – Lisette Malidor, EDUARD – Flavio Parenti, SAMUEL – Pippo Delbono, PORTIA – Halina Reijn, RICARDO del MONTE – Vincent Riotta, JOHANNES CLEAVER – Stefano Scherini, RABBI MOAB – Francesco De Vito, MARIE – Nada Abrus
Equipe technique
Ecrit et réalisaé par Peter Greenaway – Producteur  Kasander Film Kees Kasander -
In co-production with Film & Music Entertainment Mike Downey, Sam Taylor Mainframe Film Production Igor Nola, Suza Horvat – CDP Catherine Dussart
With the support of The Netherlands Film Fund, Rotterdam Media Fund, Croatia Ministry of Culture, Centre National du Cinéma et de l’image animée, Head Gear Films / Metrol Technology, MEDIA
Chef décorateur Ivo Hušnjak Casting   NL Allard Van Der Werff Casting  CRO Igor Sestric “ Staki” Chef opérateur  Reinier Van Brummelen Costume  Marrit van der Burgt Maquillage  Peter de Visser Son  Ivica Sljivarić “ Šljiva” Montage Elmer Leupen, NCE, Musique Marco Robino, Executive producers Phil Hunt, Compton Ross
Une Coproduction entre : Kasander Film BV/Germany, CDP / France, Portpic Ltd/Angleterre, MP Films/Croatie