Error. Page cannot be displayed. Please contact your service provider for more details. (31)

Your browser (Internet Explorer 7 or lower) is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this and other websites. Learn how to update your browser.

X

Duch, Le Maître des Forges de l’Enfer


Un film de  Rithy Panh
Durée   110′
N° de visa  132 026
VO khmère – Sous-titres français et anglais
 Synopsis
Au Cambodge, entre 1975 et 1979, le régime khmer rouge a causé la mort d’environ 1,8 million de personnes, soit un quart de la population.
Kaing Guek Eav dit Duch a dirigé M13, une prison des maquis khmers rouges, durant quatre années avant d’être nommé par l’Angkar (l’Organisation) au centre S21 à Phnom Penh. En qualité de secrétaire du parti à S21, il a commandé cette machine de mort où périrent, d’après les archives restantes, au moins 12 380 personnes. Mais combien d’autres ont disparu, “écrasées, réduites en poussière“ ?
En 2009 Kaing Guek Eav dit Duch, a été le premier responsable khmer rouge présenté devant les Chambres Extraordinaires au sein des Tribunaux Cambodgiens (CETC).
Après avoir plaidé coupable, Duch a demandé sa remise en liberté.
Il a été condamné en appel le 3 Février 2012 à une peine de réclusion à perpétuité.
 Fiche technique
Un film écrit et réalisé par Rithy Panh
 Produit par Catherine Dussart
Ina/ Direction de la Production et de l’Édition Christophe Barreyre & Frédéric Schlesinger
 Image Prum Mésar & Rithy Panh
 Son Sear Vissal
 Musique composée et interprétée par Marc Marder
Direction de la Production (Cambodge) Cheap Sovichea
 Montage Marie-Christine Rougerie & Rithy Panh
 Assistant montage  Mathias Bouffier
Montage son et Mixage Myriam René
Assistante de Production Pascale Pigeon
Administratrice Béatrice Hannequin
Une coproduction CDP, INa, Bohana Production/Cambodge
Avec la participation du Fonds Sud Cinéma, du Ministère de la Culture et de la Communication-CNC, et du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes (France)
 Avec le soutien de La Procirep – Société des Producteurs et de L’Angoa
 et la participation du Centre national du cinéma et de l’image animée
 Et en coproduction avec France Télévisions
© CDP / Ina / France Télévisions / Bophana Production – 2011
Tous droits réservés
Liste des festival et Prix :
Festival de Cannes 2011 – Sélection Officielle
Festival International du film de Toronto
Doc Lisboa (Portugal)
Rotterdam IFF 2012 (Pays Bas)
RIDM 2012 (Canada)
FIFDH (Suisse)
African Festival (Italie)
It’s All True – Int, Doc, Film Festival (Brésil)
Istanbul IFF   (Turquie)
BAFICI   (Argentine)
Jeonju   (Corée
Five Flavours (Pologne)
Viennale (Autriche)
Centre André Malraux Sarajevo
…/….
Prix de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme  Genève 2012
Présentation au Prix URTI par France 3
 

Christiane Desroches Noblecourt, une passion égyptienne

Réalisatrice   Olga Prud’homme Farges

Durée  52′

Version originale en français

Diffusion le vendredi 11 décembre 2009 à 20 h 35 sur France 5 dans la collection EMPREINTES

Synopsis

A travers le récit des souvenirs de Christiane Desroches Noblecourt, c’est une longue vie de passions et de combats qui se dessine dans ce film. Sa découverte de l’égyptologie, son engagement dans la Résistance, son inlassable combat pour sauver

les Temples de Nubie, combat qu’elle gagnera en 1960 grâce à l’aide de l’UNESCO, sont autant de chapitres qu’elle nous raconte.

C’est elle aussi qui, en 1967, fera connaître aux Français le trésor de Toutankhamon lors d’une exposition qu’elle mettra en scène, elle encore qui organisera le sauvetage de la momie de Ramsès II menacé de pourrissement. Elle toujours qui, en 1998, bataillera pour que l’Obélisque de la Place de la Concorde se voit à nouveau couronné de son pyramidion doré. Battante, pionnière et conteuse captivante, Christiane Desroches Noblecourt n’a pas fini de nous étonner et de nous séduire.

Fiche technique

Réalisatrice Olga Prud’homme Farges

Productrice Catherine Dussart

Montage Mary Stephen

Chef opérateur Jean-Luc Cohen

Assistant tournage Jérôme Carret

Ingénieur du son Timothée Alazraki

Avec la participation du Centre national de la cinématographie  et de l’image animée

et avec la participation de France Télévisions – Pôle Documentaires

© 2009 – CDP

Festivals et Prix

IV ème Festival International du Film d’Archéologie de Besançon Prix du Public et
Mention Spéciale du Jury.
Prix Jules Verne au Festival du films d’Amiens

Nos lieux interdits

Nos lieux interdits

Un film de Leila Kilani

Durée 105′

Sortie salles le 30 Septembre 2009

Dossier de presse Nos Lieux Interdits

nos_lieux_4pages.

Synopsis

Quelques années après l’indépendance et durant quatre décennies au Maroc, la torture et la disparition forcée ont été érigées en procédé par l’appareil. La quasi-totalité des personnes qui ont été arrêtées et poursuivies pour leur opinion ou dans des affaires à caractère politique ont été victimes de torture physique ou morale durant la garde-à-vue. La torture était devenue un moyen d’investigation judiciaire pratiquée par la police, Le film s’inscrit dans un moment précis de l’histoire du Maroc, cette phase de catharsis,  phase critique, singulière, incarnée par l’Instance Equité et Réconciliation.  Au-delà de la description d’un processus, ce film suit avant tout l’aventure de quelques personnes qui ont été séquestrés. La question lancinante du «pourquoi ?» se retrouve dans le prisme des histoires individuelles mises bout à bout. Les témoignages nous permettront de trouver le ton juste, qui n’est pas celui d’un statut officiel aussi juste et justifié soit-il : le statut de victime. À travers des histoires singulières, le film retrace ces quêtes personnelles de la vérité, les différents états de la relation incertaine, antagonique, sombre, qu’entretiennent les marocains avec leur pays, avec leur passé.

Fiche Technique

Avec

Hassan Al Bou et ses deux nièces Leïla et Fadwa,

Rouqia Ait Shaykh-Harrafi, sa fille Najat et sa petite fille Zineb,

Saïd Hadan et sa mère Rahma,

Mohamed Errahoui et sa mère Yto,

Et aussi

les membres de l’Instance Equité et Réconciliation,

tous les coordinateurs et personnels encadrant les victimes.

Image Eric Devin et Benoit Chamaillard

Assistant à la réalisation Valentin Schaepelinck

Montage Leila Kilani et Tina Baz

Son Myriam René, Anne Louis et Laurent Thomas

Une coproduction CDP, Institut National de l’Audiovisuel, Socco Chico

Avec le soutien exceptionnel de l’Instance Equité et Réconciliation, le Ministère de la Culture et de la Communication, le Ministère des Affaires Etrangères.

Soutenue par le Centre Cinématographique Marocain, le Centre National de la Cinématographie, le Fonds Sud Cinéma, le Fonds Francophone de Production Audiovisuelle, la Région Ile-de-France

Développée avec le soutien de la Fondation Alter Ciné, l’Aide à l’écriture et au développement du Centre National de la Cinématographie

Avec la collaboration de la RTBF – Télévision Belge – Claire Colart, la Télévision Suisse Romande – Irène Challand

Festivals

Festival Ayam Beirut Al Cinema’iya -  Beyrouth (Liban)

30eme Festival des 3 Continents à Nantes

Festival des cinémas d’Afrique d’Apt – Pan-Africa International”  ( Montréal)

Compétition internationale du Cinema Verite  Iran International Documentary Film Festival

28e Festival International du Film d’Amiens – Cinéma Africain, d’Asie et d’Amérique Latine

Prix du Cinquentenaire au Festival National du Film à Tanger (Maroc)

Compétition Officielle Sélection Internationale Documentaire  au   25eme Festival du Film

1er Prix du Documentaire au  Fespaco – Festival Panafricain du Cinema et de la Television de Ouagadougou

Prix du Meilleur Documentaire de la Compétition Mondiale” au “19ème Festival du Cinéma Africain d’Asie et d’Amérique Latine”

[/lang_fr]

Bassidji

Un film de Mehran Tamadon

Documentaire -  114 minutes

</p>
<p><a href="http://cdpproductions.fr/wp-content/uploads/2009/09/dp-bassidji1.pdf" data-mce-href="http://cdpproductions.fr/wp-content/uploads/2009/09/dp-bassidji1.pdf">Dossier de presse Bassidji</a> <a href="http://www.bassidji-lefilm.com" data-mce-href="http://www.bassidji-lefilm.com"><span style="text-decoration: underline;" data-mce-style="text-decoration: underline;">bassidji-lefilm.com</span></a> <a href="http://cdpproductions.fr/wp-content/uploads/2009/09/extraits_-bassidji-inside-the-iranian-regime1.html" data-mce-href="http://cdpproductions.fr/wp-content/uploads/2009/09/extraits_-bassidji-inside-the-iranian-regime1.html">Extraits bassidji-inside-the-iranian-regime1</a> <a href="http://cdpproductions.fr/wp-content/uploads/2009/09/extraits_-bassidji-2-inside-the-iranian-regime.html" data-mce-href="http://cdpproductions.fr/wp-content/uploads/2009/09/extraits_-bassidji-2-inside-the-iranian-regime.html">Extraits bassidji-2-inside-the-iranian-regime</a></p>
<h3 style="font-family: Times New Roman,Times,serif;" data-mce-style="font-family: Times New Roman,Times,serif;">

Dossier de presse Bassidji bassidji-lefilm.com Extraits bassidji-inside-the-iranian-regime1 Extraits bassidji-2-inside-the-iranian-regime

Synopsis

Dans un désert, sur une colline, des hommes, des femmes en tchador et des enfants déhambulent dans un vaste “musée” en plein air dressé en mémoire des martyrs de la guerre Iran-Irak. C’est le nouvel an iranien, nous sommes près de la frontière irakienne. Un homme me guide. Il est grand et charismatique et s’appelle Nader Malek-Kandi. Pendant près de trois ans, j’ai choisi de pénétrer au coeur du monde des défenseurs les plus extrêmes de la République islamique d’Iran (les bassidjis), pour mieux comprendre les paradigmes qui les animent. Nous venons du même pays, et pourtant, tout nous oppose : iranien habitant en France, athée et de parents militants communistes sous le Shah, j’ai tout pour heurter les convictions de ceux qui respectent les dogmes du régime.

Un dialogue se noue. Mais entre les jeux de séduction et de rhétorique, les moments de sincérité et la réalité de l’action de ces défenseurs de la République islamique, jusqu’où nos convictions respectives sont-elles prêtes à s’assouplir pour comprendre qui est l’autre ?

 

Fiche technique

Réalisation Mehran TAMADON

Scénario Mehran TAMADON

en collaboration avec Laetitia LEMERLE

Producteurs

Catherine DUSSART – CDP (France)

Franck HULLIARD – INTERLAND (France)

Elena TATTI et Thierry SPICHER – BOX PRODUCTIONS (Suisse)

Mehran TAMADON (Iran)

Images Madjid GORJIAN

Montage Andrée DAVANTURE   &   Rodolphe MOLLA

Monteur son et mixage Jérôme CUENDET

Etalonnage CécileCHEURLOT

Traduction et sous-titrage Mehran TAMADON  &  Laetitia LEMERLE

Graphisme François DULEX – OFICINA

Assistantes de production  Pascale PIGEON &  Elodie BRUNNER

Administratrice Béatrice HANNEQUIN

Avec le soutien du Centre National de la Cinématographie

MEDIA Plus – Programme de la Communauté Européenne Slate Funding

Avec la participation dela Télévision Suisse Romande – Unité des films documentaires


© 2009 / CDP – INTERLAND – BOX PRODUCTIONS – MEHRAN TAMADON

Festivals

Festival de Nyon (Suisse)

Rencontres documentaires de Lussas

Festival des Films du Monde Montréal (Québec) Canada

Festival des 3 Continents Nantes

Festival International de Toronto

Festival International des Films Documentaires et d’Animation de Leipzig (Allemagne)

Festival de Popoli (Italie)

Grand prix de la compétition internationale du Festival de Jihlava, en République Tchèque

Galerie d’images

Le Bouddhisme au village

Un film de Jean Lallier Documentaire de 52′

Synopsis

En France, pendant l’été 2003, des milliers de vieilles personnes sont mortes seules ; leurs parents, leurs voisins ne s’en rendirent pour ainsi dire pas compte. Voilà quelque chose qui n’aurait certainement pas pu se passer dans le village de Na Khouaï, dans la plaine de Vientiane, où Georges Condominas, il y a maintenant quarante ans, a fait plusieurs longs séjours, et où nous allons retourner avec lui. Là l’individualisme qui domine en Occident est inimaginable : la vie n’est concevable qu’au sein d’une communauté, qui a ses exigences, mais qui, en échange, apporte soutien et réconfort, lorsqu’il en ait besoin. Dans l’épreuve on n’est jamais seul : les grands événements, la naissance, le mariage, la maladie et ce moment ultime et inéluctable, la mort, sont partagés par la communauté  solidaire. Cela sous le signe de la religion, qui donne accès au sacré, qui lie cette communauté à un au-delà. Dans la vie de tous les jours, cet au-delà est en fait très proche : les hommes sont  liés à des êtres plus humbles, présents derrière chacune des grandes manifestations de la nature (les sources, les rivières, les bois, les mon tagnes, le vent, l’orage, etc..). Ce sont les Génies, les « Phi », êtres magiques et familiers, quelquefois bienfaisants, malfaisants d’autres fois («les démons » ), mais toujours imprévisibles, et qu’il faut se concilier, car ces Génies, ces « Phis » sont derrière  les choses, les animaux et les hommes.

Fiche technique

Co-scénaristes – Jean Lallier et Georges Condominas

Production déléguée – Catherine Dussart

Avec la participation de Voyage, François Fevre et du Centre National de la Cinématographie

Commentaire dit par   Monique Tosello

Traduction du Lao – Lamvieng Inthamone

Image – Yvan Favreau

Son – Didier Tenin

Assistants image – Somphachanh Khanthavong, Nicolas Sauret

Montage – Olivier Mauffroy

Direction de Production Laos – Delphine Bourgeais

Direction de Production France – Pascale Pigeon

Administration – Béatrice Hannequin

Coopération technique – Catherine Poubeau  (Dovidis)

Mixage – Guillaume Limberger

Conformation et Étalonnage  Robin Alamichel  (R.G.B.)

Pour France 5 Unité documentaires – Muriel Rosé, Sophie Chegaray, Philippe Le More, Elisabeth Baloul

Coproduction France 5

Deuxième diffuseur Voyage

Mythe et Mystère – La Joconde

Un film de Jean-Claude Bringuier

Documentaire de 52′

Synopsis

La Joconde n’est pas un tableau célèbre ; c’est le tableau le plus célèbre du monde.

Sa renommée fait de lui la métaphore de l’art occidental.

Cette gloire n’est pas nouvelle et elle est sans frontière. N’ importe qui au bout de la terre, l’inconnu qui n‘est jamais entré dans un musée, n’a jamais vu un tableau de sa vie, celui-là connaît au moins le nom de la Joconde. Le terme flotte dans un coin de son imaginaire, comme un mythe…

Aucun autre tableau n’occupe cette place. Ce qui lui confère un statut absolument unique dans l’histoire de l’art.

Le film se propose d’examiner ce phénomène, de le montrer et d’en trouver les sources.

Fiche technique

Commentaire dit par Jean-Pierre Lorit

Image – Pascal Sautelet et  Jean-Claude Ducouret

Son – Jean-Baptiste Favor et  Florent Villereau

Montage – Alain Robiche

Direction de Production – Marie Maffray

Chargée de Production Musée du Louvre – Malika Berri

Documentation – Odile Mercier

Gravures et illustrations – Edith Dufaux

Illustration musicale – Françoise Marchesseau

Post-Production – France 3 Production Lyon, Gilbert Plique

Coordination technique – André Julliat

Montage du commentaire – Bruno Agabalian

Mixage – Didier Ray

Banc-titre – Patricia Jamin et Alain Megel

Conformation-Étalonnage – Rachel Planta

Synthétiseur – Catherine Cursat

Édition vidéographique – La Réunion des Musées, Nationaux Éditions Montparnasse, France 5

Unité documentaires – Muriel Rosé, Céline Gandner, Philippe Le More, Elisabet Baloul

une coproduction CDP, Le Musée du Louvre, France 3  en association avec France 5

Ce film a été réalisé avec la participation du Centre National de la Cinématographie

du Ministère des Affaires Etrangères et le soutien de la Procirep

Varian Fry

Un film de Jean-Claude Bringuier

Documentaire de 52′

Synopsis

Varian Fry arrive à Marseille à la mi-août 1940. C’est un journaliste libéral, spécialisé dans les affaires internationales. C’est aussi un quaker. Il est porteur de plusieurs listes d’intellectuels et d’artistes menacés par les nazis qu’il qu’il s’agit de faire sortir de France ou de convaincre de partir. Cette mission lui a été confiée par l’Emergency Rescue Commitee (ERC) créé en juin à New-York, à l’initiative d’Allemands antinazis, avec le soutien de personnalités et d’institutions américaines de premier plan.

Le film de Jean-Claude Bringuier est un des signes de l’intéret récent porté à Fry et à son action en France.Fry a été oublié chez lui comme chez nous, jusqu’aux années 60, y compris par ceux qu’il avait aidés. A partir des témoignages des derniers compagnons de Fry enregistrés en mars 1999, Jean-Claude Bringuier a cherché à comprendre et à faire comprendre. Il le fait avec la sensibilité et l’engagement personnel qui caractérise son oeuvre.

Coproduction France 3 Méditerranée

Je mange donc je suis… ou Kosa y manz la Réunion

Un film de Jean Lallier

Documentaire de 52′

Thème

Kosa y manz La Réunion – Cuisines et culture à l’île de La Réunion.

Fiche technique

Scénario  – Laurence Tibère et  Jean Lallier

Conseillers scientifiques  – Jean-Pierre Poulain et Laurence Tibère

Image  – Yvan Favreau

Assistante de Réalisation – Marion Lallier

Montage – Olivier Mauffroy

Mixage -  Laurent Herniaux

Conformation – Alain Sauchis

Banc-titre – Virginie Tassé, Delta-Image

Graphiste – Sarah Gadrey

Dessins originaux – André Beton

Direction de production  – Pascale Pigeon

Administratrice – Béatrice Hannequin

Images d’archives – RFO-Réunion    Jacques Chane-Chu

Avec la participation

de Planète,

du Centre National de la Cinématographie,

du Comité du Tourisme de la Réunion,

du  Conseil Régional de la Réunion,

du  Conseil Général de la Réunion.

Coproduction CDP – RFO (Réunion, Polynésie française et Antilles-Guyane)

Deuxième diffuseur Planète.

Guillaume Apollinaire

Un film de Jean-Claude Bringuier

Documentaire de 48′

Série Un siècle d’écrivains – Collection dirigée par Bernard Rapp

Thème

Une évocation complète du parcours du poète. Lettres, photos, coupures de journaux, témoignages s’enchaînent. Le Paris de l’époque.

Fiche technique

Coproduction France 3

[/lang_fr]

La Guerre du Louvre

Un film de Jean-Claude Bringuier

 

Documentaire de 52′

 

 

Synopsis

L’histoire secrète du Louvre sous l’occupation allemande, en 1940. L’incroyable périple des chefs-d’oeuvre du musée sur les routes de France afin d’échapper aux bombardements et à la convoitise de l’occupant.

Extraits du film :
“Le 27 septembre 1938, à 6h00 du matin, un camion roule vers Chambord, à 18 à l’heure, car les caisses sont lourdes. Elles contiennent les oeuvres du Louvre qu’il faut protéger à tout prix.” “La paix annoncée fait rentrer les tableaux à Paris, mais la paix à tout prix, comment-y croire ? Il suffira de quelques mois pour que la peur réapparaise.” “Jacques Jaujard a su donner l’impulsion qu’il fallait. Ils forment tous une équipe soudée à la hauteur des circonstances.” ” Jaujard a gagné la bataille, la première bataille de sa guerre. Les oeuvres du Louvre sont hors de Paris, hors de portée et donc plus difficiles à atteindre. Mais cette guerre là ne faisait que commencer.” “Voir le Louvre en actes, en train de se refaire, c’était fabuleux. J’ai vu le Louvre se remettre en place.”
Presse et Festivals

L’humanité, S. B. Lundi 29 Mai 2000

Le film de Jean-Claude Bringuier, La guerre du Louvre, met en lumière des événements peu connus de la seconde guerre mondiale. Loin du front, les directeurs et conservateurs des musées de la France entière mènent une guerre parallèle avec ses stratégies, ses rebondissements, ses plans de contre-attaque. A la tête de ce mouvement, une figure s’impose, celle de Jacques Jaujard, directeur des musées nationaux, qui, en véritable stratège va concevoir un plan précis d’évacuation. 3691 chefs-d’oeuvre sont, en 1939, décrochés des cimaises du musée du Louvre et partent d’abord pour le château de Chambord et les châteaux de la Loire, ensuite vers le Sud-Ouest de la France pendant l’occupation allemande. Trente-sept convois de cinq à huit camions chacun, mêlés aux foules de l’exode, parmi les chars français qui se replient, sont sur les routes. A chaque menace, il faut encore et encore déménager les milliers de caisses et leur trouver un nouveau refuge. Ce documentaire, qui se déroule de façon chronologique, nous raconte les épisodes de cette drôle de guerre. Ponctué par les témoignages de ceux qui ont vécu ces événements, les gardiens de dépôt, les habitants, le film suit les traces de cette invraisemblable odyssée qui a permis de sauvegarder le trésor national. On fait avec plaisir ce voyage périlleux, on écoute ravi les anecdotes sur La Joconde et la victoire de Samothrace, on est surpris par l’investissement de ces hommes et ces femmes qui jamais ne perdent de vue l’importance de leur mission. De nombreux films d’archive, de nombreux témoignages font le lien entre l’Histoire et l’histoire du Louvre. Six ans d’une aventure incroyable qui se terminera bien, car malgré les différents voyages, les problèmes de place, d’humidité, de transport, aucune oeuvre n’a subi de dommages, et elles ont pu ainsi regagner indemne leur cimaise dans le musée.

Fiche technique

Image – Pascal Sautelet

Son – François Devin

Montage – Alain Robiche

Chargée de production – Malika Berri

Intervenants:

Christiane Desroches-Noblecourt

Michel d’Aillières

Jean Bardaud

Roger Guth

Henri Kleinhans

Frédérique Hebrard

Simone Gouygou

Jean Leymarie

Direction de Production – Marie Maffray

Chargée de Production au Musée du Louvre – Malika Berri

Post-production – France 3 Production Lyon

Montage – Alain Robiche

Coordination technique – André Julliat

Illustration sonore – Françoise Marchesseau

Distribution : Musée du Louvre

Une coproduction CDP – FRANCE 3 -  Musée du Louvre-  Direction des Musées de France

Ce film a été réalisé avec la participation du20Centre National de la Cinématographie

Van Chan ou Avoir 50 ans en l’an 2000

Pour la série documentaire “50 ans et un monde” (1998)

Van Chan, une danseuse cambodgienne

Réalisateur                      Som Ock Southiphonh

Conseiller artistique    Rithy Panh

Fiche technique

Scénariste – SOM OCK SOUTHIPHONH

Monteuse – MARIE-CHRISTINE ROUGERIE

Son – PHONEXAY VONGSAMANG

Caméra – DARAVANH RATSAVONG

Régie – SOMCHITH VONGSAMANG

Coproduction franco/canadienne

Avec le soutien de l’Agence de la Francophonie – ACCT

Bophana

Un film de Rithy Panh

Documentaire de 52′

Synopsis

À travers le destin tragique d’une jeune femme Hout Bophana et de son mari Ly Sitha, ce film propose de revenir sur les années sombres du Cambodge. Révolté par la corruption du régime Lon Nol, Ly Sitha rejoint les maquisards communistes. Les deux jeunes gens se perdent de vue, s’écrivent, se retrouvent après la prise de Phnom Penh. La victoire des Khmers rouges sera pour eux aussi le début du cauchemar. Arrêtés, torturés, contraints à d’invraisemblables aveux, ils seront tous deux exécutés en 1976.

Galerie d’images

Presse et Festivals

Prix du Jury au Festival Vue Sur les Docs (Marseille)

Sélection Officielle au Festival de Venise 1996

Fiche technique

Scénario – Rithy Panh

Image -  Jacques Pamart

Son  – Francisco Camino

Montage – Marie-Christine Rougerie

Production – CDP Production, France 3, INA

La nuit du Henné

Un film de Mokhtar Ladjimi

Documentaire de 26′

Synopsis

La future mariée est le centre de la nuit du henné, cette fête n’a pas de connotation religieuse. La jeune fille est maquillée, épilée, parée de ses plus beaux atours.

Ses mains et ses pieds sont ornés d’entrelacs méticuleusement tracés au henné. Avant la nuit qui précède la nuit de noce, appelée la nuit du henné, on plante dans la pâte du henné deux bougies symbolisant les mariés et on jette un plateau pour chasser les mauvais esprits et les magies malfaisantes.

Au bain de nuit de la jeune mairée qui se pratique le plus souvent dans un hammam, une atmosphère bon enfant se dégage et on se croirait dans une volière dans ce lieu devenu un espace de distraction strictement féminin. A l’occasion de ce premier bain, plusieurs lampes à huile sont allumées tandis que brûle dans un canoûn (pot d’argile servant à maintenir la braise) le parfum de noce, les frotteuses expertes passent aux soins des cheveux face à des femmes qui s’installent pour la scéance du maquillage…

Fiche technique

Ecrit et réalisé par Mokhtar Ladjimi

Coproduction CANAL +